Tour des archives

Mission Bern Château de Quintin

La Tour des archives : candidate à la Mission Bern 2020

La Tour des archives fait partie intégrante du projet de centre de métiers d’art projeté en 2025. Aujourd’hui en état de péril, elle menace à tout moment de s’effondrer. Sa sauvegarde est pourtant essentielle pour le château et la ville. Nous avons candidaté à la mission Bern 2020 et sommes en attente des résultats. Si nous sommes sélectionnés, les travaux pourront être lancés et la tour sera sauvée !

Travaux Château de Quintin

En 2013, avec quatre autres sites de Quintin, la Tour des archives est sélectionnée par l’Ecole de Chaillot comme projet d’étude. Leur travail, très complet et d’une grande qualité, a été exposé à Quintin puis à la Cité de l’architecture et du patrimoine à Paris. Il pose un diagnostic sur son état sanitaire et structurel de première importance. De plus, il confirme l’intérêt patrimonial incontestable de la tour, son rôle crucial en tant que lien entre la ville et les châteaux, et ouvre des perspectives de valorisation inédites.

Brève description historique

La Tour constituait l’une des défenses de la Porte Neuve, une des entrées de la Cité médiévale de Quintin. On attribue la construction des portes de la ville à Geoffroy Ier Boterel, à son retour de la 7ème croisade en 1248. Au XVème, l’enceinte médiévale et la Tour sont remaniées et restaurées, et au XVIIIème siècle les Choiseul-Praslin couvrent la Tour d’un toit en poivrière et l’aménagent pour y conserver les archives du château. L’ensemble y est alors également complété d’une tourelle d’escalier et d’une fausse braie en pied des remparts.

La tour Nord, propriété de la ville, a été arasée et remblayée au XIXème siècle afin de l’intégrer à la terrasse devant l’église. La Tour des archives témoigne en revanche de multiples strates historiques. Comme le présente cette coupe, elle est constituée d’un fût principal sur trois niveaux : la salle des archives au sommet, accessible depuis les jardins du château, un niveau intermédiaire inaccessible aujourd’hui ainsi qu’un niveau inférieur remblayé, qui correspond à son origine médiévale. Une tourelle d’escalier à vis lui est accolée, connectant les terrasses et jardins du château aux anciennes douves.

Diagnostic sanitaire et structurel : en état de péril

Au mois de septembre 2013, l’atelier transversal de l’Ecole de Chaillot a pris pour sujet d’étude la Tour des archives. Un groupe y a réalisé un diagnostic sanitaire complet. Plusieurs désordres ont été observés à cette occasion.

Tourelle d’escalier :

  • Infiltrations d’eau au droit de la noue entre le cœur de la Tour et la tourelle d’escalier
  • Fracturation générale et déformation des parements
  • Marches de l’escalier à vis fracturées à proximité du noyau
  • Ouverture de certaines fissures, notamment un coup de sabre reliant la fenêtre la plus haute au côté droit de la porte basse.
  • Aggravation des renflements de parements, avec parties instables (chutes d’enduits constatées et chutes de moellons vraisemblable à pressentir).

Édicule d’entrée :

  • Dislocation de l’édicule d’entrée, avec déversement du mur ouest

Cœur de la Tour :

  • Infiltrations d’eau au droit de la souche de cheminée

Mise hors d’eau défectueuse : bâches non tenues, arrachées probablement par les dernières tempêtes

  • Augmentation du tassement des murs de refends intérieurs de la tour, avec fissuration des voûtes de brique soutenant la salle haute de la Tour des archives et affaissement des sols de cette salle aux mêmes endroits. Les voûtes les plus endommagées se trouvent sous deux fenêtres trouvées ouvertes, elles ont donc probablement reçu directement l’eau de pluie.

Évolution probable des désordres :

  • Tourelle d’escalier : accentuation de la déformation du mur sous la fenêtre la plus haute, avec effondrement partiel du parement entraînant les marches d’escalier liées à ce mur. La dislocation de l’escalier causerait l’effondrement généralisé de la tourelle y compris sa toiture.
  • Édicule d’entrée : effondrement de la façade ouest sans conséquence pour les autres édifices.
  • Cœur de la Tour : chute de voûtains en brique sous les deux fenêtres, entraînant le sol à l’aplomb.
Remonter

Covid19

Suite aux dernières mesures annoncées par le gouvernement, le château de Quintin est exceptionnellement fermé à la visite jusqu’à nouvel ordre